Click here to return to the Table of Content

Cliquez ici pour retourner à la table des matières

MY YEARS IN

THE ROYAL CANADIAN NAVY

MES ANNÉES DANS LA

MARINE ROYALE CANADIENNE

1965

1966

1967

1968

1969

1970

1971

1972

1973

1965

Joining the Royal Canadian Navy

Basic Training

1965

Enrôlement dans la Marine Royale Canadienne

Formation de base

INTRODUCTION

INTRODUCTION

I served as a Naval Radioman in the Royal Canadian Navy and in the Canadian Submarine Service for 8 years, from 1965 to 1973. Even today, a lot of people do not realize how close the world came to a nuclear holocaust during those years. The Cuban Missile Crisis of 1962 is well known. Less known are the tense moments from 1968 to 1974 which could have ended at anytime in a nuclear showdown between the super powers.

 

J'ai servi en tant que radioman naval dans la Marine royale canadienne et au sein du Service canadien des sous-marins pendant 8 ans, de 1965 à 1973. Même aujourd'hui, beaucoup de gens ne réalisent pas à quel point le monde est venu proche d'un holocauste nucléaire au cours de ces années. La crise des missiles à Cuba en 1962 est bien connue. Moins connus sont les moments tendus de 1968 à 1974 qui auraient pu se terminer à tout moment par une confrontation nucléaire entre les superpuissances.

 

Four submarines mysteriously disapeared in 1968: the Russian submarine K-129 north of Hawaii on 8 March 1968, followed by the disappearance of the Israeli submarine INS Dakar, the French submarine Minerve (S647) and the US submarine USS Scorpion (SSN-589). Tensions were high as NATO and the Soviets were suspicious of each other, trying of determine if one or more of those missing submarines had been victims of an attack. Russian ballistic missile submarines (Boomers) were hiding in strategic locations along the East coast and the West coast of North America, ready to wipe out entire cities at the push of a button. The same for American boomers hiding in the North Pacific and in the Barents sea, ready to strike at anytime.

 

Quatre sous-marins ont disparus mystérieusement en 1968: le sous-marin russe K-129 au nord d'Hawaï le 8 mars 1968, puis la disparition du sous-marin israélien INS Dakar, du sous-marin français Minerve (S647) et du sous-marin américain USS Scorpion ( SSN-589). Les tensions étaient fortes car l'OTAN et les Soviétiques se méfiaient l'un de l'autre, essayant de déterminer si un ou plusieurs de ces sous-marins manquants avaient été victimes d'une attaque. Les sous-marins russes de missiles balistiques (Boomers) se cachaient à des endroits stratégiques le long de la côte est et de la côte ouest de l'Amérique du Nord, prêts à anéantir des villes entières sur simple pression d'un bouton. De même pour les boomers américains qui se cachaient dans le Pacifique Nord et dans la mer de Barents, prêts à frapper à tout moment.

 

There were also specially designed US "spy" submarines involved in covert operations near the Russian coast and tapping into Russian undersea cables. It is during those dangerous years that I served as a Naval Radioman in the Royal Canadian Navy and in the Canadian Submarine Service.

 

Il y avait aussi des sous-marins américains "espions" spécialement conçus pour des opérations secrètes près de la côte russe afin de capter les signaux des câbles sous-marins russes. C'est durant ces années dangereuses que j'ai servi en tant que radioman naval dans la Marine royale canadienne et au sein du Service canadien de sous-marins.

 

WHY I JOINED THE NAVY

POURQUOI JE ME SUIS ENRÔLÉ DANS LA MARINE

My life changed on Friday November 22, 1963. The school alarm suddenly sounded on that day and everyone was told to assemble in the school yard. We then learned that US President John F. Kennedy had just been assassinated in Dallas, Texas. This was at the height of the cold war and only one year after the Cuban crisis, so my first reaction was that the communists must be involved. One week later, on Friday November 29, 1963, I went to join the local unit of the Canadian Army Reserve. I remember that day quite well because a Trans-Canada Airlines (the old name for Air Canada) DC-8 jetliner crashed in Blainville, about 15 kilometres from where I was. The plane had just taken off from Montreal and was heading for Toronto when it suddenly fell out of the sky after doing a left turn. It is estimated that the plane hit the ground at a speed of 470 to 485 knots. All 118 people onboard were killed which made it the worse air crash in Canadian history at the time.

 

Ma vie a changé vendredi le 22 novembre 1963. L'alarme de l'école a soudainement sonné ce jour-là et tout le monde a été invité à se rassembler dans la cour de l'école. Nous avons alors appris que le président américain John F. Kennedy venait d'être assassiné à Dallas, au Texas. C'était au plus fort de la guerre froide et seulement un an après la crise de Cuba. Ma première réaction fut donc que les communistes devaient être impliqués. Une semaine plus tard, le vendredi 29 novembre 1963, je suis allé pour m'enrôler dans l'unité locale de la Réserve de l'Armée canadienne. Je me souviens très bien de cette journée parce qu'un avion de ligne DC-8 de Trans-Canada Airlines (l'ancien nom d'Air Canada) s'est écrasé à Blainville, à environ 15 kilomètres de là où j'étais. L'avion venait de décoller de Montréal et se dirigeait vers Toronto quand il est soudainement tombé du ciel après avoir fait un virage à gauche. On estime que l'avion a percuté le sol à une vitesse de 470 à 485 nœuds. Les 118 personnes à bord ont été tuées, ce qui en fait le pire accident aérien de l'histoire du Canada à l'époque.

 

When I arrived at the local unit of the Canadian Army Reserve, I learned that you had to be 16 years old to be in the reserve and my 16th birthday was still two months away. So I lied about my age (something that would be hard to do today) and I was accepted in the infrantry. I subsequently served in the Regiment de Joliette and in the 4th Battalion of the Royal 22nd Regiment from January 1964 to March 1965.

 

Quand je suis arrivé à l'unité locale de la Réserve de l'Armée canadienne, j'ai appris qu'il fallait avoir 16 ans pour être dans la réserve et mon 16e anniversaire de naissance était dans deux mois. J'ai donc menti sur mon âge (ce qui serait difficile à faire aujourd'hui) et j'ai été accepté dans l'infanterie. J'ai ensuite servi dans le régiment de Joliette et dans le 4e bataillon du Royal 22e régiment de janvier 1964 à mars 1965.

 

As a reservist I now had a taste for what the Army was all about. But was it my destiny to become a foot soldier, or was there something else for me out there ? I was craving for adventure and I was still unaware that the Navy could offer it to me.

 

En tant que réserviste, j'avais maintenant un avant-goût de ce qu'était l'Armée. Mais était-ce mon destin de devenir fantassin, ou y avait-il autre chose pour moi là-bas? J'avais soif d'aventure et je ne savais toujours pas que la Marine pouvait me l'offrir.

 

Joining the Navy had never crossed my mind before February 1965. I was aware that Canada's Navy was flying Banshees off the aircraft carrier HMCS Bonaventure. I knew this because I love airplanes. I had never considered the option of working on ships or in submarines.

 

Je n'avais jamais pensé à m'enrôler dans la Marine avant février 1965. Je savais que la Marine canadienne avait des avions Banshees à bord du porte-avion NCSM Bonaventure. Je savais ça à cause de mon amour pour les avions. Je n'avais jamais envisagé la possibilité de travailler sur des navires ou des sous-marins.

 

Then one day in February 1965, around the time when the Maple Leaf was adopted as the new flag of Canada, two of my friends heard that the Navy was at the Saint-Jérôme City Hall and they were looking for recruits. I was working in a textile factory at the time, doing very hazardous work with chemicals, fabric dyes and acid. My friends were worried about the long term impact on my health. So they lied to me in order to get me out of that job and save my life. They told me that they had applied to join the Navy and they urged me to go apply so we could all be together in the Navy. So I applied to join the Navy and was accepted. I found out later that my friends had never applied but I was grateful to them since I was now looking forward to a new adventure in my life.

 

Puis, un jour de février 1965, au moment où la feuille d'érable a été adoptée comme nouveau drapeau du Canada, deux de mes amis ont appris que la Marine était à l'hôtel de ville de Saint-Jérôme et qu'ils cherchaient des recrues. Je travaillais dans une usine textile à l'époque, faisant des travaux très dangereux avec des produits chimiques, des colorants pour tissus et de l'acide. Mes amis s'inquiétaient de l'impact à long terme sur ma santé. Alors ils m'ont menti pour me sortir de ce boulot et me sauver la vie. Ils m'ont dit qu'ils avaient demandé à s'enrôler dans la Marine et ils m'ont exhorté à postuler pour que nous puissions tous être ensemble dans la Marine. J'ai donc demandé à m'enrôler dans la Marine et ma demande fut accepté. J'ai découvert plus tard que mes amis m'avaient menti. Ils n'avaient jamais postulé pour s'enrôler dans la Marine mais je leur en étais reconnaissant car j'avais maintenant hâte de vivre une nouvelle aventure dans ma vie.

 

There was however a little problem. I was 17 years old and I needed one of my parent's consent to join the Navy but my father refused to sign. He is a veteran of World War II and he served in the Pacific as well as in Europe. The cold war was heating up and it seemed at the time that the world was inevitably heading toward another World War. My father didn't want me to experience the horrors of war as he did 20 years earlier.

 

Il y avait cependant un petit problème. J'avais 17 ans et j'avais besoin du consentement de mes parents pour m'enrôler dans la Marine mais mon père a refusé de signer. Il est un vétéran de la Seconde Guerre mondiale et il a servi dans le Pacifique ainsi qu'en Europe. La guerre froide se réchauffait et il semblait à l'époque que le monde se dirigeait inévitablement vers une autre guerre mondiale. Mon père ne voulait pas que je vive les horreurs de la guerre comme il l'avait fait 20 ans plus tôt.

 

But I was able to convince my mother to sign the papers by promising her a small monthly allotment from my pay to help her and the family. I come from a large family, and most of my brothers and sisters were still at home. My parents were struggling financially and as the oldest boy, I felt that I had a responsibility to help. So I joined the active service of the Royal Canadian Navy on 29 April 1965 and began a naval career which lasted until 26 January 1973.

 

Mais j'ai réussi à convaincre ma mère de signer les papiers en lui promettant une petite allocation mensuelle de mon salaire pour l'aider ainsi que ma famille. Je viens d'une grande famille et la plupart de mes frères et sœurs étaient toujours à la maison. Mes parents avaient des difficultés financières et en tant que garçon aîné, je sentais que j'avais la responsabilité d'aider. Je me suis donc enrôler dans le service actif de la Marine royale canadienne le 29 avril 1965 et j'ai débuté une carrière navale qui a duré jusqu'au 26 janvier 1973.

 

HMCS HOCHELAGA

Gatineau 1/65 Division

29 April 1965 to 27 August 1965

NCSM HOCHELAGA

Division Gatineau 1/65

29 avril 1965 au 27 août 1965

 

I signed for a 5-year term in the Royal Canadian Navy on Thursday 29 April 1965, I was told to report to the Windsor Train Station downtown Montreal where transportation was waiting to bring me to HMCS Hochelaga in Ville Lasalle.

 

J'ai signé pour un mandat de 5 ans dans la Marine royale canadienne le 29 avril 1965. On m'a dit de me présenter à la gare Windsor au centre-ville de Montréal où le transport était disponible pour me rendre au NCSM Hochelaga à Ville Lasalle.

 

HMCS Hochelaga was located in Ville Lasalle on the island of Montreal. This base is now closed down and no longer exist today. Although I have some Irish ancestors, I could not speak English at the age of 17. So I spent 4 months at HMCS Hochelaga in intensive language training, mixed with drills and other naval training.

 

Le NCSM Hochelaga était situé à Ville Lasalle sur l'île de Montréal. Cette base a été fermée et n'existe plus aujourd'hui. Bien que j'aie des ancêtres irlandais, je ne pouvais pas parler anglais à l'âge de 17 ans. J'ai donc passé 4 mois au NCSM Hochelaga en formation linguistique intensive, incluant des exercices physiques et d'autres formations navales.
 

On the photo above

 

NAVAL DEPOT (RED NUMBERS)

1 - Warehouses

2 - Workshops

3 - Administration

 

FLEET SCHOOL (YELLOW NUMBERS)

4 - Main Gate

5 - Living Quarters

6 - Cafeteria

7 - Administration

8 - Classrooms

9 - Parade Square

 

Sur la photo ci-haut

 

DÉPÔT NAVAL (NUMÉROS ROUGES)

1 - Entrepôts

2 - Ateliers

3 - Administration

 

ÉCOLE DE LA FLOTTE (NUMÉROS JAUNES)

4 - Entrée principale

5 - Logements

6 - Cafétéria

7 - Administration

8 - Classes

9 - Carré de parade

 

HMCS Hochelaga

English Language Training

Gatineau 1/65 Division

29 April 1965 to 27 August 1965

NCSM Hochelaga

Formation en langue anglaise

Division Gatineau 1/65

29 avril 1965 au 27 août 1965

In the above photo, my first day in the Navy. I am the skinny one with the short haircut, second from the left. The two of us who already had short hair were spared a visit to the barber. Everyone else lost all their hair later on that day.

 

Sur la photo ci-dessus, mon premier jour dans la marine. Je suis le deuxième à partir de la gauche, le petit maigre avec la coupe de cheveux courts. Les deux qui avaient déjà les cheveux courts (incluant moi-même) n'ont pas eu à visiter le coiffeur. Tous les autres ont perdu leurs cheveux plus tard dans la journée.

 

Above is the monthly pay rate table approved in March 1965 and retroactive to October 1, 1964. As indicated on the table, when I joined as an Ordinary Seaman Recruit in April 1965, my monthly salary was $117.00. I had a monthly allotment of $50.00 going to my mother so what was left was $67.00 for my personal expenses for one month. Considering that food, clothing and lodging was provided free by the Navy, that wasn't too bad...

 

Ci-haut, le tableau des taux de rémunération mensuelle approuvé en mars 1965 et rétroactif au 1er octobre 1964. Comme indiqué sur le tableau, lorsque je me suis engagé comme recrue de matelot de 3e classe en avril 1965, mon salaire mensuel était de 117,00 $. J'avais une allocation mensuelle de 50,00 $ allant à ma mère, ce qui me restait 67,00 $ pour mes dépenses personnelles pendant un mois. Étant donné que la nourriture, les vêtements et le logement étaient fournis gratuitement par la Marine, ce n'était pas si mal ...

 

Above: My first photo in uniform

Ci-haut: ma première photo en uniforme

Above: My first outing in uniform.

Photo taken on St-George Street in Saint-Jérôme.

Ci-haut: Ma première sortie en uniforme.

Photo prise sur la rue St-George à Saint-Jérôme.

The most memorable parade I participated in was the one in Ottawa on Canada Day in 1965. The new Canadian maple leaf flag had become our official flag on February 15, 1965, two months before I joined the Royal Canadian Navy. So when I marched in front of Prime Minister Lester B. Pearson standing in front of the Parliament buildings on July 1st, 1965, it was the first Canada Day in history with our new Canadian flag flying at high mast. It was a proud moment indeed.

 

Le défilé le plus mémorable auquel j'ai participé a été celui de la fête du Canada à Ottawa en 1965. Le nouveau drapeau canadien avec la feuille d'érable était devenu notre drapeau officiel le 15 février 1965, deux mois avant mon entrée dans la Marine royale canadienne. Donc, lorsque j'ai défilé devant le Premier Ministre Lester B. Pearson devant les édifices du Parlement le 1er juillet 1965, c'était la première fête du Canada de l'histoire avec notre nouveau drapeau canadien flottant en haut du mât. Ce fut vraiment un moment de fierté.

 

HMCS CORNWALLIS

Skeena 2/65 Division

30 August 1965 to 23 December 1965

NCSM CORNWALLIS

Division Skeena 2/65

30 août 1965 au 23 décembre 1965

After learning English at HMCS Hochelaga near Montreal, I was ready to face real boot camp in English. I was transferred to HMCS Cornwallis in Nova Scotia where I was assigned to Skeena 2/65 Division. This was the real navy boot camp. You went in as a boy and came out as a man. No French language here. They yelled at you in English. If you didn't understand the orders, you ended up doing push ups or crawling in the mud.

 

Après avoir appris l'anglais au NCSM Hochelaga près de Montréal, j'étais prêt à affronter un vrai camp d'entraînement en anglais. J'ai été transféré au NCSM Cornwallis en Nouvelle-Écosse où je fus assigné à la division Skeena 2/65. C'était le vrai camp d'entraînement de la marine. On commençait en garçon et on finissait en homme. Pas de langue française ici. Ils vous criaient dessus en anglais. Si vous ne compreniez pas les ordres, ils vous faisaient faire des "push ups"  ou vous faisaient ramper dans la boue.

 

In the above photo, I am walking so it must be on a Sunday. Recruits at HMCS Cornwallis were not allowed to walk from Monday to Saturday. Sunday was the only day when walking was allowed. Any other day, we had to run. Recruits wore the black cap on the base so they couldn't hide from the white caps. Recruits wore the white cap only when going ashore on the weekends.

 

Sur la photo ci-dessus, je marche. Donc ça doit être un dimanche. Les recrues au NCSM Cornwallis portaient le casque noir et n'étaient pas autorisées à marcher du lundi au samedi. Le dimanche était le seul jour où la marche était autorisée pour les recrues. Les autres jours, on devait courir. Ceux qui n'étaient plus des recrues portaient le casque blanc. C'était impossible pour les recrues de tricher vu qu'elles portaient le casque noir. Les recrues pouvaient toutefois porter le casque blanc lorsqu'elles allaient à l'extérieur de la base le dimanche.

.

During the four months of basic training, many tests were taken to determine which trade would best suit you. I had no idea what I wanted to do when I arrived in Cornwallis. Shortly after my arrival, I found out that there was a Ham Radio Club on the base. I also found out that recruits who became members of the club were exempt from certain chores on the nights when club meetings were held. So I joined the club. Not because I was interested in radio but because I had less chores to do on those nights. I began reading QST magazines and observing radiocommunication in morse code while at the club. I slowly fell in love with radiocommunications. Finally, I knew what I wanted to do.

 

Au cours des quatre mois de formation de base, de nombreux tests ont été effectués pour déterminer quel métier nous conviendrait le mieux. Je n'avais aucune idée de ce que je voulais faire à mon arrivée à Cornwallis. Peu de temps après mon arrivée, j'ai découvert qu'il y avait un club de radioamateur sur la base. J'ai également découvert que les recrues qui étaient membres du club étaient exemptées de certaines corvées les soirs où les réunions du club avaient lieu. Je suis donc devenu membre du club. Ce n'était pas parce que je m'intéressais à la radio mais parce que j'avais moins de corvées à faire durant ces soirées. J'ai commencé à lire des magazines QST et à observer les radiocommunications en morse quand j'étais au club. Je suis lentement tombé en amour avec les radiocommunications. Enfin, je savais ce que je voulais faire comme métier

 

Recruits were given three choices for their trade. They were selected based on their aptitudes and on Navy requirements. So when the time came to give my three choices, I chose:

Les recrues avaient trois choix pour leur métier. Il fallait prendre en considération nos aptitudes et les besoins de la Marine. Alors, quand le moment est venu de donner mes trois choix, j'ai choisi:

RADIOMAN !  RADIOMAN ! RADIOMAN !

RADIOMAN !  RADIOMAN ! RADIOMAN !

It was hard for French Canadians to enter the trade of Radioman, especially a guy like me who was new to the English language. So I took a big chance in restricting my choices to only one trade.

 

Il était difficile pour les Canadiens français d'obtenir le métier de Radioman. Surtout un gars comme moi qui était nouveau dans la langue anglaise. J'ai donc pris une grande chance de restreindre mes choix à un seul métier.
 

Toward the end of basic training, I finally received the good news. I had been accepted in the Radioman trade. The only bad thing about it was the location. The Naval Communications School was located in Cornwallis which meant that I would have to remain in Cornwallis for the first 7 months of 1966.

 

Vers la fin de la formation de base, j'ai finalement reçu la bonne nouvelle. J'avais été accepté dans le métier de Radioman. Le seul inconvénient, c'était l'endroit de l'école de communications navales qui était située à Cornwallis, ce qui signifiait que je resterais à Cornwallis pendant les 7 premiers mois de 1966.

A few days later, another good news was received. There were plans to move the Naval Communications School from Cornwallis, Nova Scotia to Esquimalt, British Columbia and they needed a trial on the west coast. So the first Radioman course of 1966 was going to be in Esquimalt which meant that I was heading for the west coast after the 1965 Christmas holidays.

 

Quelques jours plus tard, une autre bonne nouvelle a été reçue. Il était prévu que l'école de communications navales déménagerait de Cornwallis, en Nouvelle-Écosse, à Esquimalt, en Colombie-Britannique. Mais avant, ils avaient besoin d'un essai sur la côte ouest. C'est ainsi que la décision fut prise de donner le premier cours de Radioman de 1966 à Esquimalt. Donc j'allais partir vers la côte ouest après les vacances de Noël 1965.

 

 

The photo above shows Skeena 2/65 Division going through the assault course toward the end of basic training. We were at the magazine, getting ready to crawl in the mud, climb walls, go through smoke compartments, hang from ropes, go through tunnels, etc... This is me under the red arrow with a glove in front of my face. I apologize to the second recruit from the right in the first row. A piece of the photo is ripped off where he is standing.

 

La photo ci-haut montre la Division Skeena 2/65 exécutant le cours d'assaut vers la fin de la formation de base. Nous sommes au magazine, se préparant à ramper dans la boue, à grimper aux murs, à traverser des compartiments à fumée, à se suspendre à des cordes, à traverser des tunnels, etc ... C'est moi sous la flèche rouge avec un gant devant mon visage. Je m'excuse auprès de la deuxième recrue à droite au premier rang. Un morceau de la photo est arraché là où il se tient.

 

Above:  Skeena 2/65 Division at graduation in December 1965. I am fifth on the left in the third row from the front. (see red arrow)

 

Ci-haut:  Division Skeena 2/65 à la remise des diplômes en décembre 1965. Je suis le cinquième de la gauche au troisième rang à partir d'en avant. (voir flèche rouge)

 

Click on 1966 below

to continue on the next page

Cliquez sur 1966 ci-bas

pour continuer à la page suivante